Hacking

    Hacking mot anglais traduit en français par bidouillage et consistant à bricoler en mode minimal des machins avec des trucs pour faire des choses, dans un esprit « je le fais moi-même ». Historiquement ça implique plutôt de l’électronique et de l’informatique, mais dans les années modernes ça s’est étendu jusqu’à des domaines pas nécessairement technique.

     

    Dans la culture des programmeurs informatiques, on dit souvent qu’on « hacke » un truc dans le code en prenant un raccourci ou qu’on fait un bout de code quick and dirty qui n’est pas très joli, mais qui fonctionne, grosso modo, dans des conditions aléatoirement nominales. Bref, « hacker » est un peu aux programmeurs ce qu’est « crisser » aux québécois (coucou Paul 👋).

     

    De façon abusive, dans la culture populaire le mot « hacker » est utilisé pour qualifier le pirate informatique qui s’introduit frauduleusement dans les système d’information for fun and profit. Le terme approprié serait plutôt… pirate ou « black hat ».

     

    OSEF donne nous les articles

    Okay okay dude, voilà ce qui est en ligne à ce jour :

    Capteurs de température sans fil, partie 1: le projet

    Capteurs de température sans fil partie 2 : l’électronique